Breaking News

Freinage des moteurs asynchrones



Freinage des moteurs asynchrones

            Le freinage des moteurs asynchrones se fait de trois façons différentes:
·      freinage électromécanique;
·      freinage par contre-courant;
·      freinage par injection de courant continu.
Pour cela, on utilise des systèmes de freinage électromécanique ou électronique. 
•Avantages: Maîtrise du couple de freinage -Décélération progressive -Contrôle du temps de mise à l’arrêt -Usure réduite des systèmes mécaniques de transmission


  1.     Freinage électromécanique

            C’est un dispositif  mécanique de freinage qui est fait par l’intermédiaire de bandes, de mâchoires ou de disques. Ces dispositifs mécaniques sont commandés par un électroaimant alimenté par le réseau triphasé ou par un dispositif redresseur (Figure 1). Avec une tension redressée le couple de freinage est meilleur.
            L’électrofrein peut fonctionner de deux façons soit par manque de courant ou par émission de courant.


Figure 1 frein électro-mécanique

2    Freinage par contre-courant

            Pour utiliser la méthode de freinage à contre-courant, il suffit de débrancher le moteur et pendant qu’il tourne encore de le brancher en sens inverse. C’est un mode de freinage très efficace, cependant il doit être arrêté avant que le moteur commence en tourner à sens inverse. Divers dispositifs automatiques sont employés pour commander l’arrêt dès que la vitesse approche de zéro: détecteur d’arrêt à friction, détecteur d’arrêt centrifuge, dispositifs chronométriques, etc.
            Au moment du freinage, les pointes de courant et de couple sont nettement supérieures à celles produites lors du démarrage.  Afin d’obtenir un freinage sans brutalité, nous insérons, lors du couplage en contre-courant, une résistance en série avec chaque phase du stator(Figure 2).
            Les inconvénients de ce type de freinage sont tels que ce procédé n’est utilisé que pour des applications à faible puissance comme des machines-outils(tours, taraudeuses,etc.).



Figure 2 freinage par contre courant

3    Freinage par injection de courant continu

            Comme le freinage par contre-courant, ce système est principalement appliqué sur les moteurs à rotor bobiné, mais s’applique quelque fois pour les moteurs à cage.
            Le procédé consiste à envoyer du courant continu dans le stator, celui-ci étant déconnecté du réseau. Ce courant continu crée un flux magnétique fixe dans le stator. Pour que la valeur de ce dernier corresponde à un freinage convenable, le courant doit être d’environ 1,3 fois le courant nominal du moteur. La source d’alimentation qui fournit ce courant doit être faible (par exemple 20 volts). Cette source est généralement constituée de redresseurs (Figure 3). Afin d’éviter les échauffements inutiles, il est conseillé de prévoir un dispositif coupant le courant dans le stator une fois le freinage terminé.

Figure 3 freinage par injection de courant continu

Aucun commentaire